Lettre ouverte au Président de la République du Rwanda sur le harcèlement des opposants politiques Paul KAGAME Président de la République du Rwanda

Village URUGWIRO

53 KG 7 Avenue

Kigali, Rwanda

Excellence Monsieur le président,

Nous nous adressons à vous pour condamner énergiquement le harcèlement des opposants politiques devenu un fléau au Rwanda depuis l'avènement de votre parti au pouvoir par les armes en 1994.

Madame Victoire Ingabire UMUHOZA, présidente du parti politique DALFA-Umurinzi et maître Bernard NTAGANDA président fondateur du parti PS Imberakuri ont été réquisitionnés à leurs domiciles respectifs ce samedi 13 juin 2020 par les agents du Rwanda Investigation Bureau (RIB). Leurs équipements de communication ont été saisis avec tous les documents et amenés dans les bureaux du RIB.

Cette saisie, permettez-nous de le souligner, rentre dans un cadre minutieusement élaboré dont le but ultime est de décourager les leaders politiques qui ne partagent pas votre ligne de gouvernance. C’est dans ce cadre que depuis 2009, soit 11 ans déjà, aucun parti politique n’a été agréé malgré les demandes nombreuses qui ont été adressées à Rwanda Governance Board (RGB), organe étatique habilité à enregistrer les partis politiques. Rappelons aussi que Madame Victoire Ingabire UMUHOZA est régulièrement convoquée à tort et à travers dans les bureaux du RIB comme stratégie de faire entrave à sa détermination politique.

Monsieur le Président,

Ce harcèlement confirme encore une fois le jusqu’au-boutisme de votre gouvernement qui ne tolère aucune voix dissidente. Les jusqu’au-boutistes de l’UNAR (Union Nationale Rwandaise), parti politique ancêtre de votre Front Patriotique Rwandais (FPR), ont fini par mener le pays à la chute de la monarchie au Rwanda. Le même comportement de votre part risque de mener le pays à une crise humanitaire pire que celle que le Rwanda a connu entre le 01 Octobre 1990 et 1994. Afin de contrer ce danger que votre gouvernement occasionne, Monsieur le président, qu’il soit apporté à votre conscience la nécessité urgente d’ouvrir l’espace politique au Rwanda pour que toutes les forces vives du pays concourent à son bien être dans la vraie concorde et la paix. Il est encore possible d'éviter le retour du Rwanda dans une catastrophe humanitaire sans nom.

“Aho kwica Gitera, nimwice ikibimutera!”

Fait à Montréal, le 15/06/2020

Nadine Claire KASINGE

Présidente du parti Ishema